Philippe Valade - Danser la Vie / Toulouse

Philippe Valade - Danser la Vie / Toulouse

● L’ancrage dans le corps et dans le sol

L’ancrage dans le corps et dans le sol

par Philippe Valade (25-11-2021)

 

 

Pour un danseur s’ancrer dans le sol (anchor step) est important pour plus de stabilité d’équilibre et de coordination, mais cela facilite également le mouvement.

Mais aussi s’ancrer dans le regard, au contact de son partenaire, dans son énergie et dans l’intention, développe la qualité de mouvement recherchée au travers de la chorégraphe.  

Être ancré en soi-même permet aussi d’avoir plus de confiance en soi, de force intérieure et de sécurité.

 

Les danseurs ont la faculté d’être conscients de leur corps mécanique sans y être pourtant ancrés. Ils savent qu’ils bougent leur pied, par exemple, tout en jugeant l’image qu’ils voient dans le miroir, en comparant leur mouvement à celui de leur voisin ou celui du professeur, etc. Cette approche n’est guère utile pour améliorer la performance de danse.

 

La posture

Élément essentiel en danse, le danseur ou la danseuse se doit d’être conscient de sa posture. Le contact de ses pieds au sol, la répartition de son poids et sa ligne d’aplomb sont autant d’éléments qui contribuent à son ancrage en position neutre. La constitution corporelle de l’individu peut avoir un impact. Prendre conscience de ses propres particularités permet aux danseurs et aux danseuses de les ajuster selon le type de danse pratiqué. Par exemple, rechercher l’allongement et la légèreté tout en privilégiant un ancrage près du sol dans le bassin. Cette posture de base donne ensuite le ton aux mouvements. 

 

Le mouvement

L’ancrage est tout aussi important dans le mouvement ou l’enchaînement de mouvements. Il permet aux danseurs et danseuses de se déplacer dans l’espace sans perdre l’équilibre tout en gardant leur sens de l’orientation. Cet ancrage change afin de modeler la qualité de mouvement désirée pour créer un certain rythme ou une certaine fluidité, puis céder sa place à la gravité. Ces différents appuis servent le mouvement uniquement si nous y sommes totalement dédiés.

 

Ancrage dans le sol - Compression - Propulsion

Il s'agit de bien distinguer les différentes phases de préparation du pied et de la jambe et de bien distinguer les phases d'ancrage et de compression relativement au footwork et à la propulsion.

1. Le footwork décrit les parties du pied en contact avec le sol dans l'exécution d’un pas. Selon les disciplines et les danses, on distinguera les prises talon/plante (HT), plante (T), Heel Turn, Heel Pivot, Heel Pull, Pull Step, End Flat.

2. L'ancrage consiste à établir une solidarité puissante et immédiate du pied dès sa prise de contact avec le sol.

3. La compression dans le sol au travers de la jambe et du pied rélève de 2 phases complémentaires qui ont pour conséquence de stocker de l'énergie potentielle élastique pour la transformer en énergie cinétique.

La première phase consiste en une compression préparatoire verticale.

La deuxième phase prolonge la première phase dans la compression tout en manifestant un début de déplacement.

4. La propulsion intervient lorsque le corps est lancé en avant au travers de la détente de la jambe porteuse qui transforme ainsi son énergie potentielle en énergie cinétique. Le corps acquiert ainsi une énergie cinétique importante qui permet le déplacement et la production de mouvements fluides entre les points d'appuis de départ et d'arrivée.

 

L’ancrage dans le corps

L’ancrage dans le corps se perçoit de façon très subtile dans l’énergie. Si le professeur est bien ancré dans son propre corps, solide et rassurant, les élèves vont le ressentir même s’ils ne pourront pas le nommer. Les neurones miroir pourront alors s’activer et créer un environnement propice à ce qu’ils développent, eux aussi, un meilleur ancrage dans leur corps, un meilleur ancrage à eux-mêmes. S’ensuit un cercle vertueux qui construit un sentiment de sécurité intérieure : plus de confiance en soi, plus de force intérieure.

Ouvrir la conscience des danseurs et danseuses à un ancrage dans leur corps est tout indiqué. Exécuter certains exercices les yeux fermés afin qu’ils développent leur sensation kinesthésique de l’intérieur peut grandement contribuer. Cela permet également de parler de confiance en soi dans un processus d’apprentissage qui est pour tous une posture très vulnérable. 

Des exercices pour ressentir la gravité dans le corps, des respirations, des touchers ou des étirements conscients peuvent également développer cette présence à son corps, présence à soi. Par conscient, on parle de garder notre attention sur les sensations physiques ressenties pendant et après l’exercice.

 

 

Philippe VALADE

Professeur de danse en couple

Maître de danse (PhME style international)

 

 

 

 

 

 



24/11/2021

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres